samedi 22 août 2015

Empreintes de feuilles au sulfate de fer # 1


L'exercice est issu de ce site "And then we set it on fire". C'est ici:

Voilà, les boudins, dûment ficelés, sont prêts pour un bain bouillonnant de 2 heures avec du sulfate de cuivre comme 'aromate'

Les tissus ont d'abord trempé 48h dans un bain avec de l'alun de potassium et du carbonate de soude.

Ensuite, les tissus et les bois flottés qui serviront de support, baignaient séparément depuis 5 jours (!) dans de l'eau avec le fameux sulfate de cuivre. Tout ce temps car il me fallait trouver entre Barneville et Cherbourg un couvercle dédié au chaudron de sorcière, car je ne voulais pas enfumer toute la cuisine avec ces vapeurs bizarres.






Après avoir rangé tout l'alimentaire dans le réfrigérateur et les placards, et recouvert le reste, les boudins en question ont cuit 2 heures.
Ici, sur la photo, le chaudron sort du feu et l'objectif a eu son compte de vapeur chaude! Donc photo grise, mais boudins...noirs! Mes tissus auraient-ils trempé trop longtemps...




Ouverture des boudins, étalage et, exit les feuilles!
Les feuilles, prises en sandwich, les tissus vont deux par deux et il y a toujours un côté plus noir que l'autre.




Je suis assez contente du résultat. Les meilleures empreintes sont celles des feuilles de sumac de Virginie, de géranium, et un peu de celles d'hortensia. Les feuilles de dahlia n'ont fait aucune empreinte (elles ne doivent pas contenir de tannin).











Rendez-vous ce soir ou demain pour le résultat final après rinçage et séchage.
Je ne suis pas trop inquiète vu l'état de mes ongles (noirs...je crois que je vais mettre DEUX gants pour ma partie de golf dans deux heures...) malgré les gants en latex consciencieusement portés pendant toutes les étapes de l'opération.







4 commentaires:

Laurence a dit…

Oh, j'adore tes empreintes. Je file voir le site, garder ton post dans un coin de ma mémoire pour tester aussi... mais pas maintenant même si l'envie ne me manquerait pas... un peu plus tard...
Du bois flotté, j'en ai ramassé au printemps sur les plages varoises. Toute la famille était à contribution... Pas trop petit... car en revoyant d'anciennes photos de SMM, cela m'a donnée l'envie de me remettre un peu à l'AT.

Mimiblue a dit…

Je suis en plein dans l'envie de refaire de l'écodye car à Saint-Thélo, j'ai vu le travail de Martine Edard qui me transporte chaque fois. Il me manque les cristaux de soude pour le mordançage. Par contre, je ne mettrai pas de sulfate de cuivre ni de fer histoire de voir si les empreintes se font quand même. Cependant, j'admire ce que tu as obtenu. C'est absolument superbe !
Plutôt que 2 heures, Martine Edard me disait une heure.... Peut-être est-ce aussi là que se fait la différence d'intensité ? Moi aussi j'aime bien ce que tu as réussi à avoir. Cela me plait infiniment.
Par contre, tu n'as donc pas joué avec une teinture naturelle durant ta cuisson afin que ton fond soit coloré et que les empreintes se détachent sur un fond vaguement rose (pétales de roses, coquelicots, cochenille) ou plutôt jaune (gaude, pelure d'oignons...) ?.
Est-ce que tu songes à remettre ça dans les jours qui viennent ?

Anne a dit…

Mimi, je n'ai pas fait de teintures végétales cette année, hormis des laines avec des pelures d'oignons rouges, que je garde toute l'année.
Mais j'ai des tissus teints l'an dernier, voire avant, qui mériteraient un peu de déco. Ce qui me freine pour le moment c'est que seules des bandes de tissu peuvent être imprimées de cette façon puisqu'il faut faire des boudins capables de rentrer dans une marmite. Cela limite la largeur!
C'est au programme néanmoins.

miclep a dit…

C'est incroyable, ces empreintes. J'adore ! Je vais essayer sur du tissu déjà teint pour avoir des couleurs.